Témoignage de Jacques Adato :

Témoignage de Jacques Adato pour que revive le Syete

Originaires de Turquie, d’Istanbul pour ma mère, et d’Edirne pour mon père, mes parents ont émigré en France dans les années 1927. Ma mère, Rachel Adato, habitait sur Sedaine. Elle était confectionneuse sur machine, mon père Avram Nissim Adato résidait rue Popincourt et il était comptable « Aux cuirs modernes ». Ils fréquentaient la synagogue du 7 de la rue Popincourt, la Syete. Après leur mariage en 1935, ils se sont installés au 78 rue de la Roquette. Je suis né à l’hôpital Saint Antoine en 1937.

Après la guerre, dans les années 1947, j’ai fréquenté les jeudi et dimanche matin le talmud torah de mon quartier qui se trouvait passage Charles Dallery. Nous apprenions l’hébreu, l’histoire juive, faisions de la lecture et de l’écriture cursive. Les cours étaient assurés par Sam et David Catarivas ; nous étions répartis en deux classes suivant les niveaux.

En 1950, quelques semaines avant ma Bar Mitsvah, j’ai répété le discours et la lecture du passage de la Torah avec l’aide et sous le contrôle de Sam Catarivas dans la synagogue, au Syete. Je me souviens que c’était après l’office du soir avec toutes ces belles lumières qui éclairaient le Temple, comme on disait à l’époque. Maman avait, à la synagogue, une place réservée pour les grandes occasions, Roch Hachana et Kippour. En général j’assistais à la fin des offices, puis je rentrais à la maison avec elle.

Quelques années plus tard, Sam et David Catarivas, ont émigré en Israël, David le fils a même occupé un poste de ministre dans le gouvernement Israélien. Le 7 de la rue Popincourt, lieu de culte et de rassemblement, j’aimerai tant qu’il redevienne un centre de rendez vous des anciens et aussi des jeunes, afin que l’on se souvienne que cet endroit réunissait les premiers émigrants Sépharades, en provenance des pays de la méditerranée qui avaient accueillis les juifs chassés d’Espagne par Isabelle et Ferdinand en 1492.

Septembre 2007.